Vu sur "France 2"

Voir page suivante, dans "Toute une histoire", présentée par Sophie Davant

"1+2=7, sinistre sentimental"

Vous souffrez des conséquences d'un divorce ou d'un abandon de famille

ce livre peut vous aider à positiver et à relativiser

1+2=7, sinistre sentimental, 10 €, Cathy Montaut éditions Feuille à Feuilles

Soixante-seize pages de condensé parce que la vie actuelle ne permet plus à grand monde de prendre le temps de lire un pavé de plusieurs centaines de pages. Bien sûr, Cathy Montaut, l'auteure, aurait pu se noyer dans des détails. Au risque de vous lasser, elle a choisi la brièveté pour raconter son histoire et celle de son fils. Elle vous fait partager, à travers un témoignage intime, un pan de sa vie qu'elle aurait souhaité ne jamais connaître. Elle connut le départ brutal du domicile conjugal de son mari, le père de son enfant, puis le divorce pour lequel elle ne connaîtra le motif que six ans plus tard, les trahisons, le secret de famille qui est un héritage lourd de conséquences, le manque de bienveillance, les manigances et bien d'autres tourments et bassesses. Pensant que "la vie est ce que l'on en fait", l'auteur a, finalement, eu le courage nécessaire pour surmonter les épreuves et les aberrations de l'administration et des institutions en matière de divorce et d'abandon de famille. Ce sont deux faits de société pour lesquels il n'existe aucun accompagnement des victimes. 

Prix: 10 € (13,20 € si envoi).

Au fil des pages de ce site

Au fil de ce site, plusieurs pages vous sont proposées.

Vous y découvrirez des coups de coeur, des coups de pouce, pour des associations, des lieux privilégiés, des festivals ou encore des auteurs:

Cliquez dans une de ces pages, à gauche de chaque page de ce site afin de dérouler les informations.

Des extraits

Voici quelques extraits de l'ouvrage afin de titiller la curiosité de ceux qui surfent sur ce site.

Bonne lecture.

L’histoire commence au tout début des années «  80  », le 1er août 1981, jour où j’épousais l’homme de ma vie, l’homme en qui j’avais la plus grande confiance, l’homme en qui je croyais plus que tout au monde, l’homme qui m’amena vers ma vie de femme et de mère, l’homme qui fut ensuite celui de toutes mes souffrances.

 

**************

Personne ne peut ignorer que jouer avec les sentiments d’autrui peut mener au pire. Comment peut-on être ou vouloir être assez naïf pour penser que les peines de cœur ne sont pas mortelles  ? Bien sûr, on peut réagir, mais elles mènent quelquefois à l’irréversible et l’entourage ne perçoit pas la faille qui grandit de jour en jour.

 

***********

Sans mot dire, il partit donc un après-midi de mai 1996 comme ces hommes qui vont acheter un paquet de cigarettes au coin de la rue et qui prennent le temps d’un tour du monde.

 

***********

On se consume de l’intérieur par ce poids aigu qui envahit l’estomac, ce serrement au niveau du cou et enfin des douleurs violentes au creux du ventre. On a l’impression de se déchirer de l’intérieur, d’avoir la peur au ventre que plus rien ne peut soulager, il faut attendre, encore, pour reprendre ses esprits et permettre au cerveau d’analyser la situation pour refaire surface.

 

***********

On ne sait pas qu’il faudra atteindre le fond pour sortir la tête hors de l’eau, on se noie en soi et on n’imagine pas que le plus difficile est encore à venir.

************

Le fait de ne rien emporter lui permettait de prouver qu’il n’avait pas abandonné le domicile conjugal.

 

***********

Que je fus naïve, l’avenir me le prouva. Il se désolidarisa du compte joint...

***********

Le gradé me confia  : «  Même s’il est parti pour une autre, vous savez, il fera vite la différence entre un 5 à 7 et vivre au quotidien avec quelqu’un qu’on connaît à peine  ».

 ************

Lui permettant de déjeuner ou dîner devant la TV, j’échappais ainsi à ses questions lorsque je me trouvai face à ma boîte de sardines ou que je sautais, simplement, le repas.

 

************

Vous qui lisez ce livre, si vous avez l’intention de tout larguer, pensez à vos enfants...

 

************

Beaucoup de divorcés sont soulagés de leurs maux émotionnels par antidépresseurs ou anxiolytiques pour passer le cap. Certains ne s’en remettront jamais et avaleront, à vie, ces maudits substituts au bonheur, ou, mieux, ils s’adonneront à la boisson pour oublier leur déconvenue ou tout simplement leurs belles années. Alors qu’il suffirait pour beaucoup d’un peu d’humanité, d’écoute, d’aide psychologique, administrative et juridique.

  

***********

Notre fils l’appelait depuis le départ «  l’autre c…  » et me suppliait d’ouvrir les yeux, «  ce qu’il te reproche, c’est lui qui le fait.

 

***********

"Tu es naïve maman  ! Il ne reviendra ni pour toi, ni pour moi. Il faut passer à autre chose  ».

 

*************

J’ai enrichi la banque qui, après bien des promesses, m’a bien laissé tomber quelques années plus tard. Je n’étais alors plus populaire. Le plus extraordinaire, c’est qu’aucun organisme de prêt n’a accepté de faire la démarche de demander ou même imposer au co-emprunteur, à savoir Machin, de prendre le relais de règlement des échéances. Vaste blague que cette clause de co-emprunteur.

 

***********

J’avais constaté que chaque candidat au divorce, qu’il l’ait voulu ou pas, avait droit à 6 minutes passées dans le bureau du juge avant que le couple soit à nouveau reçu avec son ou ses avocats pour ce qu’on appelle la tentative de conciliation.

  

*************

D'un divorce pour faute au départ puisque Machin avait quitté le domicile conjugal, je me suis retrouvée accusée du pire et coupable de son départ.

 

**************

Pas question de faire témoigner contre le père de mon fils, pas question de dénigrer une relation de vingt ans. J'ai donc accepté de signer «  le consentement mutuel  »... 

**************

Stupéfaction de tous dans la salle à l’annonce de cette nouvelle avec un ton théâtral. Elle savait qu’elle m’apprenait enfin le pourquoi de ma séparation qui avait eu lieu six ans plus tôt.

  

***************

Jusqu’au bout, il nia, jusqu’au bout son fils le haït pour ce manque de franchise, cette nouvelle trahison et ce manque d’amour à son égard.

***************

Faites confiance à votre animal de compagnie, lui sait qui ment et d’où revient le traître.

 

**************

Comique, quand on sait que le drame se jouait au cœur d’un centre de secours.

 

****************

Elle racontait qu’elle avait été abandonnée par le père de ses trois enfants, marié et père d’un autre enfant...

 

******************

Aujourd'hui, je suis sereine et fière d'avoir pu préserver l'héritage immobilier mais surtout l'héritage d'un amour familial.